Gîtes et Wallonie et Accueil champêtre en Wallonie

Suite au Conseil National de Sécurité du 24 juin indiquant que les hébergements touristiques ne peuvent héberger plus de 15 personnes, les Gîtes et Chambres d’hôtes de Wallonie et Accueil Champêtre en Wallonie ont décidé d’interpeller ensemble la Ministre Valérie de Bue sur la problématique des gîtes de grande capacité. Nous espérons un signal fort et clair de la Ministre suite à notre courrier !

Voici le courrier adressé ce jour à la Ministre De Bue :

Madame De Bue,
Madame la Ministre,

C’est au nom de nos 2 associations, Accueil Champêtre en Wallonie et la Fédération des Gîtes de Wallonie, représentant les propriétaires d’hébergements touristiques de terroir, que nous souhaitons vous interpeller par rapport à la situation actuelle des gites de grande capacité (plus de 15 personnes).

De nombreux hébergements de plus de 15 personnes sont encore en attente d’une réouverture ; ceci avec un sentiment d’injustice important étant donné que dans d’autres secteurs des capacités plus grandes ont été acceptées. En effet, les règles prises par le Gouvernement spécifient clairement la possibilité pour des mouvements de jeunesse de se réunir par bulles de 50 personnes, le nombre d’adultes pour les encadrer n’étant lui-même nullement limité à 15 personnes. De même 50 personnes peuvent se réunir lors d’une réception, voire même d’un évènement privé telle qu’une réunion de famille pour autant qu’elle soit organisée par une entreprise professionnelle de catering/traiteur, ceci malgré le fait que les réunions de plus de 15 personnes restent interdites. Quels éléments viendraient justifier la différence de traitement pour les gîtes de plus de 15 personnes ? De plus, comment expliquer la différence de traitement si le séjour est géré par un club ou une association sportive qui pourra organiser un tel séjour en gîte de grande capacité, conditions actuellement mises en pratique en Flandre (information via logereninvlaanderen) ? La personne responsable ne sera pas forcément plus compétente qu’une personne désignée par un groupe privé.

En comparaison des évènements privés actuellement autorisés jusqu’à 50 personnes, notez bien qu’un accueil en gîte pour plus de 15 personnes, pourraient également mettre en place des conditions similaires d’accueil :

- La désignation d’une personne responsable pour les mesures COVID tout au long du séjour
- La liste nominative des participants au séjour
- La mise à disposition de masques et de gel pour les mains
- Le nettoyage et la désinfection complets des matériaux et zones utilisées
- L’affichage des règles de sécurité
- Une aération régulière de l’ensemble des locaux
- Une surface disponible de 4 m2/personne minimum
- …

Autre élément nous paraissant justifier un ajustement des conditions d’accueil, en réalisant un test fictif « Covid event risk model» pour un séjour en gîte, en reprenant les conditions réelles habituelles pour un séjour en gîte d’un groupe, l’analyse effectuée donne un signal vert pour un évènement présentant un risque faible et présentant dès lors les conditions nécessaires pour autoriser ces évènements privés dans des gîtes sans devoir obligatoirement faire appel à une entreprise professionnelle de catering/traiteur. Il nous semble dès lors logique que l’accueil en gîtes de grande capacité soit également autorisé pour des groupes privés pour des capacités similaires, c’est-à-dire 50 personnes et ce dès que possible.

Cette interdiction d’accueillir des groupes ne passant pas par un traiteur/restaurateur est d’autant plus dommageable qu’il n’en est nullement question au-delà de nos frontières. Il y a une différence notable avec les pays proches pour lesquels aucune limitation de capacité d’accueil ne semble avoir été imposée pour les séjours en locations meublées. Comment expliquer au niveau européen, que des belges ne puissent louer une résidence de vacances pour plus de 15 personnes en Belgique, mais peuvent sans souci le faire dans un pays limitrophe ? Nous avons l’impression que la Belgique reste un des pays européens les plus restrictifs en termes de rassemblement de personnes. Au contraire de nos voisins, nous sommes limités dans bon nombre d’activité et sommes dès lors en décalage total avec les pays frontaliers.

Il est bien évident que si la situation sanitaire l’exigeait, un protocole sanitaire spécifique, tout comme cela a été prévu pour d’autres secteurs, puisse accompagner cette réouverture, permettant ainsi une reprise indispensable et urgente des activités pour les propriétaires de ce type de logement de vacances. La réouverture de ces capacités aura aussi un impact positif non négligeable sur la reprise des activités économiques et touristiques régionales.

La situation économique des propriétaires de ces hébergements est d’autant plus critique que les investissements nécessaires pour créer et entretenir ces infrastructures d’hébergements touristiques, sont vous le comprendrez aisément très importants et que les pertes s’accumulent depuis le début du confinement. C’est à plusieurs dizaines de milliers d’euros que les pertes se chiffrent. Il est essentiel pour la survie de ce secteur que leur ouverture soit clairement annoncée au plus vite afin de ne pas handicaper plus encore ces propriétaires toujours en attente d’une réouverture. D’autant plus que 2/3 des propriétaires d’hébergements touristiques de terroir situés en Wallonie n’ont pas pu accéder à l’indemnité compensatoire de 5.000 € mise en place par la Région wallonne, ni bénéficier des mesures mises en place par le gouvernement fédéral comme le droit passerelle mais aussi le report des échéances de crédit… Certes ces mesures étaient réservées aux indépendants mais il aurait été opportun d’ouvrir le spectre de l’intervention de la Région wallonne aux propriétaires des hébergements reconnus par le Commissariat général au Tourisme et ce afin de cibler au mieux la mesure et de démontrer l’utilité de se faire reconnaître par le Commissariat général au Tourisme.

Madame De Bue, au nom de nos associations et de leurs membres, nous vous prions instamment de bien vouloir prendre cette situation en considération et faire en sorte que faute d’action politique, la réouverture complète des hébergements touristiques ne soit pas envisagée avant de nombreuses semaines au risque de mettre en péril tous ces hébergements largement plébiscités par de très nombreux groupes tout au long de l’année, peu importe la saison.

C’est avec beaucoup d’espoir, Madame De Bue, que nous attendons un signal fort et clair pour la reprise des activités d’accueil pour les hébergements touristiques de plus de 15 personnes.

Pour Accueil Champêtre en Wallonie,
Pour la Fédération des Gites de Wallonie,

Vincent Sépult, Président
Véronique Dehou, Présidente

Be Sociable, Share!
  • Twitter
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn